Buchtipp zum Wochenende: „Le roi n’a pas sommeil“ von Cécile Coulon

Buchtipp zum Wochenende: "Le roi n’a pas sommeil" von Cécile CoulonCécile Coulon : Le roi n’a pas sommeil Viviane Hamy, 143 pages 20,40 € Récit abrupt d’une descente aux enfers, le Roi n’a pas sommeil ne nous laisse pas le temps de reprendre notre souffle. Court roman de 143 pages, où à chaque page s’écrivent les mots trempés de la lourdeur des liens familiaux. Les liens sont ceux qui unissent William, l’homme taiseux au regard noir, éternel travailleur, sa femme Mary, miracle de douceur, soumise à la violence silencieuse de son mari et leur fils Thomas. Thomas a une enfance dans le monde maternel fait de la découverte des bois autour de leur maison, où à chaque détour la nature se découvre merveilleuse. Puis Thomas grandit et sort de l’enfance pour embrasser son destin, tragique forcément. Second roman d’une tout jeune auteur de 22 ans, Le Roi n’a pas sommeil étonne par sa maturité et son intelligence à ne pas se poser les habituelles questions oiseuses. Cécile Coulon laisse admirablement parler ses personnages et les démons qui les agitent. Extrait : « Soudain, il comprit. Ce n’était pas Donna. Il refit le trajet jusqu’à la cahute dans sa tête et se rendit compte qu’il s’était complètement trompé en croyant que le chemin les menait vers Haven. Ils avaient tourné trop tôt. Le mur contre lequel ils se tenaient enlacés n’était autre que le pan ouest de la salle des machines de la scierie. Le type en salopette, ses mains sales accrochées à son visage. William, la gangrène. Sa mère le jour de l’enterrement. Thomas se mit à suffoquer. Ses muscles gueulaient. Pendant que Donna fourrait sa langue débutante entre ses dents, il revit son père à chaque période de sa vie : son départ le matin, ses soirées au Blue Budd , son regard après le repas, la sieste sur la véranda, les ouvriers, le médecin, la main bandée et l’enterrement, les gosses dégénérés qui jouaient sur le tas de bois qui avaient fabriqué le cercueil.“