Buchtipp: „Les villes de la plaine“ von Diane Meur

Lafayette Livres - Buchtipp der französischen Buchhandlung in BerlinDiane Meur : Les villes de la plaine Sabine Wespieser, 372 pages 26,95 euros Sir, ville prospère mais peu accueillante dans une antiquité empruntant ses traits aussi bien à l’Egypte qu’à Babylone, est le théâtre d’une histoire universelle : le basculement d’une société dans le chaos. Asral, scribe chargé par les grands juges de Sir de recopier les Lois d’Anouher, figure mythique et fondatrice de la cité, engage un jeune montagnard pour assurer sa sécurité ainsi que celle de la copie des Lois. À la faveur des questions naïves de son garde, Asral commence à douter du bien fondé de sa tâche et tente de comprendre qui fut véritablement Anouher : un homme éclairé ou bien tout autre chose ? Et si « ses » lois, suite à l’évolution de la langue, avaient été jusqu’à présent mal interprétées ? Diane Meur signe ici un roman mais aussi une réflexion passionnante sur ce qui fonde ou détruit une société. Premières lignes : « Il avait soif, il était fatigué, ses pieds lui faisaient mal dans leurs sandales. À gauche une lanière s’était rompue et la semelle, à chaque pas, traînait. On lui avait dit : pour trouver du travail il fallait aller à la porte des Buffles, au milieu du marché. Oui, mais le marché ici était presque une ville, pleine de cris et de gens, avec des dizaines de vendeurs pour chaque spécialité, les pots de terre, les pots de fer, les tapis, la vannerie… C’était au point qu’il avait vu, côte à côte, un étal d’oeufs blancs et un étal d’oeufs bruns ! Les deux marchands se tournaient le dos, comme s’ils ne faisaient pas le même métier, et leurs clients ne s’adressaient pas la parole. Une véritable ville, immense, un labyrinthe à ciel ouvert dont il ne voyait pas le bout et trouvait encore moins le centre, sans doute parce que, sans s’en rendre compte, il devait tourner en rond. »